• J'ai lu

    Seoul Copycat de Lee jong-kwan

    « Clic. La lumière s’alluma. Ses yeux s’ouvrirent tout seuls. Ils ne voyaient rien. Avait-on éteint la lumière ou l’avait-on allumée ? L’homme l’ignorait. Devant lui, il n’y avait que du noir. Une obscurité absolue où ne filtrait aucune lumière. Un…

  • J'ai lu

    Vernom Subutex 2 de Virginie Despentes

    « La vie, la mort, la folie. » Nuages de brumes dans ton café. J’ai dévoré 𝕍𝕖𝕣𝕟𝕠𝕟 𝕊𝕦𝕓𝕦𝕥𝕖𝕩 𝟚 de 𝕍𝕚𝕣𝕘𝕚𝕟𝕚𝕖 𝔻𝕖𝕤𝕡𝕖𝕟𝕥𝕖𝕤, chez Le livre de poche. 👏 Une plume addictive et acérée très contemporaine. J’avais eu du mal avec le tome…

  • J'ai lu

    Le jour du chien noir de Song Si-Woo

    « Poussé par une timidité maladive, Jeon Hak-soo tua Ra Sang-pyo. Tout simplement parce que son épaule avait rencontré celle de son voisin dans l’escalier étroit de l’immeuble. La chaleur, excessive pour un mois de mai, durait depuis quelques jours déjà…. »…

  • J'ai lu

    Celle que j’aimais de Park min-kyu

    « Si nous sommes aussi introuvables l’un pour l’autre que des grains de sable éparpillés, il nous restera la possibilité de nous laisser emporter par le vent. »😍 🌿J’ai lu Celle que j’aimais de Park Min-kyu, traduit du Coréen par HWANG ji-young…

  • J'ai lu

    Ecchymoses de Carelle D.

    « Elle est loin maintenant, hors d’atteinte, dans un monde merveilleux qu’elle s’est inventée où les grands ne lui font pas de mal : alors, elle oublie sa honte et sa douleur… »J’ai lu 𝔼𝕔𝕔𝕙𝕪𝕞𝕠𝕤𝕖𝕤 𝕕𝕖 ℂ𝕒𝕣𝕖𝕝𝕝𝕖 𝔻., poétesse et écrivaine ;…

  • J'ai lu

    Bonne nuit maman de Seo Mi-Ae

    🍎Avis lecture🍎 « On dit souvent qu’on ne se souvient pas de ses premières années. Peut-être parce que tout ça remonte à trop loin ? Ou qu’on les oublie, car trop insignifiantes ? Qu’importe. Moi je suis curieux, curieux de connaître…

  • J'ai lu,  PAL/Librairie

    La mort selon Turner de Tim Willocks

    « 𝔹𝕒𝕝𝕒𝕚𝕤𝕖 𝕠𝕦 𝕞𝕠𝕣𝕥. » « La vision de Turner était pleine de petits points, floue par moments, ses globes oculaires trop petits pour leurs orbites. Un battement sourd martelait son crâne, remplacé par une douleur soudaine quand les pneus rencontraient une bosse.…

  • J'ai lu

    Les voix meurtries de Cécile Pellault.

    « L’étau qui enserrait son crâne était insupportable. La bouche sèche, la lumière éclatante qui vrille le cerveau telle une perceuse qui pénètre le fragile mur séparant la douleur cruelle du bonheur de se réveiller vivante. LiNa était dans un état…