• Service presse

    Jusqu’au bout, Cyprien de Patrick Cargnelutti

    « Fébriles, malhabiles, maladroits, ses doigts s’agaçaient à faire, défaire et refaire pour la troisième fois le noeud de la cravate bordeaux qu’il avait sélectionnée après bien des hésitations.Comportement habituel chez lui. Cyprien, sorti de ses obligations professionnelles le contraignant à faire des choix rapides, éclairés et, parfois, lourds de conséquences, était un indécis chronique pour tout ce qui touchait au reste de son existence. » Incipit. « La médecine est un humanisme, pas une science. »Encore moins des chiffres ! Vibrant hommage à tous ceux qui « soignent, assistent, rééduquent, soulagent », engagés au service des malades, des blessés, des vieux, dans les campagnes isolées.…

  • PAL/Librairie

    Le calligraphe de Hisaki Matsuura

    Traduit du Japonais par Sylvain Chupin. « On parle parfois de « l’heure des esprits malfaisants » pour désigner le moment du crépuscule où le ciel s’assombrit, mais ce n’est pas forcément dans une lande déserte qu’on les rencontre, on peut très bien,…

  • Service presse

    La maison du commandant de Valerio Varesi

    « La Bassa est une terre de visions et de monstres. » Traduit de l’Italien par Florence Rigollet « En ce début d’après-midi, dans la lumière citrine d’une bassa hésitant entre brume et soleil, le commissaire Soneri eut l’honnêteté de reconnaître qu’il n’était…

  • PAL/Librairie

    Pars, le vent se lève de Han Kang

    Traduit du Coréen par LEE Tae-yeon et Geneviève ROUX-FAUCARD « Les dalles du trottoir étaient grises de gel et je ne cessais de glisser sur mes vieux talons usés. Pour garder l’équilibre, je sortis les mains des poches de mon manteau.…

  • Service presse

    Marconi en personne de Gilles Moraton

    « Les sonneries répétitives et lancinantes des ascenseurs me laissaient indifférent. Comme le monde, autour. La police est venue la chercher. Ils m’ont emmené aussi mais libéré dès le lendemain. Dans la nuit j’ai entendu des cris monter des Sous-sols. Je…

  • PAL/Librairie

    Nés de la nuit de Caroline Audibert

    Aux Éditions Plon, collection « Terre Humaine ». « La naissance est aussi déchirante que la mort. Une fine peau me retient. L’incise légère des crocs sépare mon être de son ultime enveloppe. Je tombe sans fin, saisi d’effroi, étrangement lourd et solitaire.…

  • J'ai lu,  PAL/Librairie

    L’ile des chamanes de Kim Jay

    Thriller Coréen. Traduit du Coréen par Choe Ae-young et Jean Bellemin-Noël. « Les quatre murs de la salle d’interrogatoire sont peints en blanc. Il n’y a rien d’autre dans la pièce qu’une table d’une surface d’environ un mètre carré avec deux…

  • J'ai lu,  PAL/Librairie

    Porc braisé d’An Yu

    Traduit de l’anglais (Chine) par Carine Chichereau, aux Éditions Delcourt. « Le foulard orange de Jia Jia glissa sur son épaule et tomba dans la baignoire. En sombrant, il prit une nuance plus foncée, et vint se poser sur la tête…

  • J'ai lu

    Parle-moi de ton crime de Ban Si-Yeon

    🆁🅾🅼🅰🅽 🅽🅾🅸🆁 Traduit du coréen par Patrick Maurus avec Marion Gilbert « Ces derniers temps, le monde ressemblait à un paradis pour les fous. » Voici le roman le plus noir de mon année 2020 et de mes lectures Coréennes. Je l’ai…

  • J'ai lu

    Tsubaki de Aki Shimazaki

    Une lecture de Décembre. « Il pleut depuis la mort de ma mère. Je suis assise près de la fenêtre qui donne sur la rue. J’attends l’avocat de ma mère dans son bureau où travaille une seule secrétaire. Je suis ici…