J'ai lu,  PAL/Librairie

Entre les jambes de Huriya

Bonjour les anges,

« Écrire, c’est lever toutes les censures. »

« Ça a débuté comme ça n’aurait jamais dû débuter.

ça a débuté comme ça : « Tiens, le voilà ! Garde-le ! » Je n’étais pas prêt à entendre ces mots-là. » Incipit.

Bonjour les anges,

░E░n░t░r░e░ ░l░e░s░ ░j░a░m░b░e░s░
de Huriya

Quelle belle plume que celle d’Huriya ! J’en ressors pleine de mots qui chérissent ou bousculent mon palpitant, des mots crus, en italique, des mots feu, vivants pour dire le vrai et lever le voile sur des années de mensonges et d’hypocrisie dans ce beau pays qu’est le Maroc. Un texte profondément féministe, humaniste, immersif. À découvrir avec ses tripes, de tout son cœur. Si vous souhaitez connaître le sort des femmes là-bas, je vous invite à lire ce livre si bien écrit. J’ai pris tout mon temps pour l’apprécier.

Écrire ce que l’on ne peut dire.
Des messages puissants au secours des enfants de ce pays en mal d’amour, d’avenir.

Sexe et religion dans le Maroc des années soixante-dix. Je ny suis jamais allée. Pourtant, je ressens encore la cuisante chaleur de l’été, l’odeur de la tête de mouton et des épices, la sueur, la folie, le désir des hommes et des femmes. J’entends les silences, les cris des femmes, des enfants de la rue, les paroles folles qui disent vrai, les douleurs, j’ai peur des frustrations . Quelque chose ne va pas là-bas, ce que nous allons découvrir page après page.

« Ici, chaque femme est accusée d’être femme. Chaque femme est accusée tout court. »

On ne lit pas un roman autobiographique comme on lit un autre roman. C’est plus intime, et ce, depuis la naissace du petit Moulay Saïd, le narrateur, né avec un sexe masculin et un sexe féminin, malheureusement abandonné par sa maman.

« Tu peux partir maman, ma douleur me protègera de tout. »

Élevé par un grand-père français alcoolique élégant amoureux de la littérature et une grand-mère berbère conservatrice qui déteste son mari (il en est longuement question), le petit garçon grandit dans la maison du mensonge et de la littérature. Il sera témoin des contradictions de son époque, des moeurs d’un Maroc gangréné par la pauvreté, la corruption, la religion, la drogue, marqué par le colonialisme.

Un destin magnifique, celui d’Huriya (Liberté en arabe), de Marrakech à Paris et une fin superbe chérissant le souvenir de son bien-aimé grand-père, le « françaoui ».
Tragique ! J’ai adoré. 🖤

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.