PAL/Librairie

Les planificateurs de Kim Un-Su

I MADE A DREAM.
𝕃𝕖𝕤 𝕡𝕝𝕒𝕟𝕚𝕗𝕚𝕔𝕒𝕥𝕖𝕦𝕣𝕤
de 𝕂𝕚𝕞 𝕌𝕟-𝕊𝕦, traduit par Choi Kyungran et Pierre Bisiou. 📖🔪🇰🇷☠️
« Le vieil homme sort dans la cour.
Laesaeng règle son téléobjectif et tire la culasse en arrière. Le bruit de la balle qui se charge résonne étonnamment fort. Laesaeng jette des coups d’oeil autour de lui. Il n’y a que les grands sapins qui poussent nonchalamment vers le ciel-nul mouvement, nulle part. C’est une forêt silencieuse. Pas d’oiseau qui volent, pas d’insectes qui chantent. Dans un endroit pareil, le bruit de la détonation portera loin. Et si les gens se précipitaient vers lui après qu’il aura fait feu ? L’instant d’après, il se persuade que sa crainte est vaine. Un coup de fusil, c’est banal. Qui se précipiterait dans la forêt pour vérifier d’où vient le bruit ?…  » Incipit.
Mon avis :
NE RIEN DÉSIRER.
« Il voulait prouver que ce monde féroce, ce pouvoir presque sans limite, ne pouvait rien contre lui s’il ne désirait rien. »
J’ai lu 𝕃𝕖𝕤 𝕡𝕝𝕒𝕟𝕚𝕗𝕚𝕔𝕒𝕥𝕖𝕦𝕣𝕤 𝕕𝕖 𝕂𝕚𝕞 𝕌𝕟-𝕊𝕦, traduit du Coréen par Choi Kyungran et Pierre Bisiou.
J’avais adoré Sang chaud de l’auteur, en Décembre.
J’ai beaucoup aimé Les planificateurs. Un début sans préliminaire, directement dans l’action et la tête d’un tueur nommé Laesaeng, trentenaire. Précision. Adopté par Père Raton-Laveur, élevé dans la bibliothèque aux 200000 livres, ce n’est pas l’école qui lui a appris la vie.
« Laesaeng avait la sensation effroyable que tout ce à quoi il tenait si fort s’effondrerait un jour d’une manière toute bête. C’était une impression de vide, de tristesse et de solitude. »
Palpitant à souhait, j’ai retrouvé le mélange d’humour, de noirceur et de philosophie de Sang Chaud.
A Séoul, en Corée du Sud, un verre de soju ne se refuse pas, surtout quand on ne se fait plus aucune illusion sur l’espèce humaine. Pourquoi a-t-elle été planifiée en fin de compte, dites-le moi avec une tasse de thé aux chrysanthèmes et ses souffrances !? 😅 Quel sens donner à la vie, à sa vie ? Bienvenue dans l’infernal business des assassinats en Corée du Sud, où l’assassin peut devenir cible à son tour. Ne négligez pas un tour chez Poilu au crématorium pour abattre ce qu’il reste de naïveté dans cet univers impitoyable !
A déguster avec humour, un très bon moment avec ce polar Coréen, une de mes meilleures lectures de l’an passé.
Cécile Pellault, tu as bien fait de me conseiller de le lire !!! 😉
« Derrière tous les grands assassinats de l’histoire, il y a toujours eu des planificateurs. »(Quatrième de couverture.)

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *