J'ai lu

La secte des suicidés de Jeong-Hai-yeon

« S’il y pensait, il n’avait jamais éprouvé, ne serait-ce qu’une seule fois, le besoin de vivre. Il lui semblait même parfois que s’il était né, c’était avec pour seule mission de mourir, et que son existence n’avait que la mort comme objectif. » Incipit.

« Ce n’est pas un Crime d’avoir envie de vivre »

𝕃𝕒 𝕤𝕖𝕔𝕥𝕖 𝕕𝕖𝕤 𝕤𝕦𝕚𝕔𝕚𝕕é𝕤 𝕕𝕖 𝕁𝕖𝕠𝕟𝕘 ℍ𝕒𝕚-𝕪𝕖𝕠𝕟
Traduit du coréen par Han Yumi et Hervé Péjaudier
294 pages.

__Un polar horrifique coréen glaçant lu avec plaisir, les amis ! On retrouve ici la thématique douloureuse et pénétrante du suicide en Corée du Sud, interrogeant dès le premier chapitre notre besoin de vivre, nos raisons de mourir, notre instinct de survie, au plus près du personnage principal appelé Kim Tae-seong, jeune homme éprouvé par la vie. Il se réveille à l’hôpital, amnésique. Pour seule visite celle d’un homme en costume lui remettant une boîte à mémoire, dans laquelle il découvre la tentative d’infanticide dont il a été victime…Depuis ce jour, une obsession : Mourir…
Rendez-vous à « The Heaven », paradis pour suicidaires avec Messie, votre serviteur, ahahah. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu. La narration est fluide alternant le destin de Tae-seong et l’enquête policière à propos de suicides collectifs (très courts chapitres) avec l’inspecteur Kim Jin-seong.
J’ai beaucoup aimé le huis-clos dans la montagne avec ce qu’il faut de cadavres, de noirceur. Les motivations suicidaires et criminelles ne manquent pas, bien développées, dénonçant clairement la société coréenne.
La deuxième partie est encore plus cruelle pour Tae-seong mais son destin nous réserve des surprises, de l’émotion et plus de réflexions sur notre capacité à survivre, notre place dans le monde, dans notre famille, notre valeur pour les autres. Ça cloche dans notre monde !!
Faut-il s’excuser toute sa misérable existence d’être en vie?!
Tordu, machiavélique et bien ficelé, ce polar horrifique est ancré dans la réalité, et quelle fin !
Glaçant, révoltant, j’ai passé un bon moment et j’ai surtout pas mal cogité. Bravo Jeong Hai-yeon ! 👏

« Comment voulez-vous que la justice triomphe quand c’est l’argent qui fait tourner le monde, et que celui qui le détient a l’omnipotence d’un dieu ? »

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.