Service presse

Ce qu’il faut d’air pour voler de Sandrine Roudeix

░C░e░ ░q░u░’░i░l░ ░f░a░u░t░ ░d░’░a░i░r░ ░p░o░u░r░ ░v░o░l░e░r░ ░d░e░ ░S░a░n░d░r░i░n░e░ ░R░o░u░d░e░i░x░

« Je n’ai pas compris tout de suite. Lorsque je suis entrée dans ta chambre après que la porte a claqué, frôlant ton placard troué de fléchettes et ta lampe étoilée d’un besoin enfui de lumière, je n’ai pzs entendu le silence. Les silences changent toujours la couleur des murs… « 

Ô ce bel incipit, narration d’une mère au plus près du coeur de son fils. Tutoiement.

Quelle belle déclaration d’amour d’une maman célibataire pour son fils unique !
C’est dans le silence d’une nuit d’été que s’ouvre ce beau roman.
Le tutoiement de la narratrice s’impose ici, comme pour colmater sa douleur, celle d’une mère soudainement abandonnée au vide, bouleversée depuis le départ de son garçon (syndrome du nid vide). Cette mère, c’est Sandrine. Très friande de ce genre de narration surtout lorsqu’il s’agit de la relation mère-enfant. Plus intime encore, c’est l’histoire personnelle de la romancière que je lis, que je devine.

A Malo.

« J’étais près de toi pour la dernière fois avant longtemps.Toi, tu n’étais déjà plus là. »

Sandrine raconte, photos de famille à l’appui, les étapes de sa vie de maman solo non conformiste, avec force et tendresse, s’interroge sur sa capacité à élever son enfant.
Vingt chapitres tour à tour lumineux et sombres, riches de questionnements sur la séparation inévitable, mais aussi toutes les séparations qui jalonnent notre existence.
Douleurs d’une maman, d’une femme, colmatées ici par une plume réaliste très incarnée, rebelle, faisant la part belle au corps féminin, aux émotions, au plaisir, à la liberté ; d’aimer, de voyager, de travailler, de s’exprimer, de s’inquiéter, de se libérer… Ça cogite tant que ça une maman ?

« Tu marches à peine que tu veux déjà vivre sans moi. »

Un beau roman contemporain qui saura vous toucher par ses thématiques, ses confidences et son honnêteté. La narratrice est attachante, tendre, imparfaite. Pour tous ceux qui s’interrogent sur le lien, le lien fusionnel, l’émancipation, la construction d’un enfant unique ou non, la maternalité dans un monde sans cesse en mouvement.
A lire, à découvrir, à ressentir. Sandrine a un compte instagram. @sandrineroudeix
Merci Freda des Éditions Le Passage pour ce service presse. 🙏

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *