J'ai lu,  Merci,  Service presse

Sang chaud de Kim Un-Su

« À Guam, les voyous ne portent pas de costard.
Ailleurs dans Busan, port tentaculaire de Corée, mondialement connu, les voyous tirés à quatre épingles sont aussi nombreux que les containers entassés sur les quais. Ces types-là ne se soucient guère des besoins de leur épouse et de leur progéniture, mais ils mettent un point d’honneur à arborer une tenue repassée, impeccable. Ils peuvent se trimballer la journée entière l’estomac vide pour economiser le petit sou avec lequel ils se feront cirer les pompes. Tandis que mes voyous de Guam, eux, ne sauteraient jamais un repas pour un coup de cirage. Ni costume, ni rien à cirer…  » Incipit.
𝔸𝕧𝕚𝕤 𝕝𝕖𝕔𝕥𝕦𝕣𝕖
« Un voyou doit donc se la fermer comme une souris écrasée. »
J’ai lu 𝕊𝕒𝕟𝕘 𝕔𝕙𝕒𝕦𝕕 𝕕𝕖 𝕂𝕚𝕞 𝕌𝕟-𝕊𝕦, à paraître le 09 Janvier 2020 chez Matin Calme éditions.
Traduit du Coréen par Kyungran Choi et Lise Charrin.
Un polar Coréen habile en deux parties, d’entrée captivant, drôle et très agréable à lire, au sein des différents clans de la mafia sur plusieures générations, en Corée du Sud. Deux personnages principaux que sont Père Sohn, soixante ans, caïd expérimenté charismatique amateur de thé au ginseng et Huisu, son bras droit quarantenaire plus impulsif.
ℙ𝕒𝕤𝕤𝕚𝕠𝕟𝕟𝕒𝕟𝕥, Sang chaud de Kim Un-Su est essentiellement basé sur la stratégie, la réflexion : Quand on marche sur des œufs, la négociation entre crapules vaut mieux que le bâton ou le couteau !
« Une bataille, qu’on la gagne ou qu’on la perde, c’est toujours une mauvaise affaire. »
Les qualités d’un bon voyou ? Peut-on fuir la pègre ?
J’ai beaucoup aimé le savoir-faire et les idées claires de Père Sohn; la solitude, les espoirs et les larmes de Huisu; le courage et la patience de Insuk; la fermeté de Yangdong, « l’éternel sous-chef » au couteau. La pègre, une vraie famille !!!! 😁
« En clair, si tu veux survivre dans ce monde, t’as pas d’autre choix que de vivre en douce, aplati comme une souris morte. » 🐀☠️
On apprend beaucoup de la Corée et du sort des Coréens, de celui des femmes, des souffrances liées à l’occupation Japonaise, à la guerre et aux coups d’état; de sa politique, de son business, de ses traditions. L’action se situe principalement à Busan, ville portuaire située au Sud de la péninsule, dans les années 90.
Une très bonne surprise ! J’ai adoré et vous conseille absolument ce polar au fort tempérament avec un verre de soju ou un thé au ginseng. La technique de la souris n’aura plus de secret pour vous !
Merci beaucoup Matin Calme éditions. 😁👍

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *