J'ai lu,  PAL/Librairie,  RL2018

La papeterie Tsubaki d’Ogawa Ito

Bonjour,
Le premier week-end d’Automne, je l’ai passé avec Ogawa Ito, calligraphie à l’honneur jusque dans les illustrations. Ce merveilleux roman fait partie de mes achats en librairie pour la rentrée littéraire. Je l’attendais avec impatience !

Mon avis:
Au coeur du quotidien d’une petite ville Japonaise, jolie carte des quartiers de Kamakura dans la sacoche, le lecteur découvre comment alléger son coeur en fonction des traditions ancestrales, des saisons, ses rituels au travail, avec ses voisins, ses codes, ses nuances de politesse pour une vie harmonieuse. Le métier d’écrivain public résoud bien des problèmes relationnels au sein de la communauté. Pour Amemiya Hatoko, il s’agit de faire de son mieux en fonction de son ressenti et de l’apprentissage reçu de feue sa grand-mère. Elle est une sorte de fée pour les habitants, nous invite à redécouvrir un peu de sérénité et de chaleur dans nos vies.
 » Cette lettre était pleine de délicatesse : la délicatesse de ne pas franchir certaines lignes, de faire preuve de retenue, de na pas semer le trouble. »
Tout simplement délicieuse, la papeterie Tsubaki d’Ogawa Ito qui brille, brille, et abrite les « quatre trésors du lettré »… ☕

« Le timbre devra être humecté avec des larmes de chagrin pour une lettre triste, et avec des larmes de joie pour une lettre gaie. »

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *