J'ai lu,  Merci,  Service presse

Génération B de CHANG Kang-myoung

Incipit:
« Le fils aîné de Park Ju-young, président du groupe Jinho, retrouvé mort aux États-Unis.
Publié le 29/08/20XX à 14h31
Séoul (Yonhap)
Park Sunwoo, âgé de 29 ans, fils aîné de Park Ju-young, président du groupe Jinho, le sixième conglomérat le plus puissant du monde économique sud-coréen, à été découvert mort Le 24 de ce mois à son domicile de Philadelphie, aux États-Unis, selon le porte-parole du groupe.
« À l’annonce du décès de leur fils, étudiant en MBA à l’université de Pennsylvanie, le président et sa femme sont partis précipitamment pour les États-Unis. L’enterrement à eu lieu le 27, selon le ritue bouddhiste », à fait savoir le porte-parole. Toutefois, la cause exacte de la mort est encore inconnue. »…

Mon avis:
J’ai lu Génération B de CHANG Kang-myoung, une fiction Coréenne Contemporaine passionnante, à la fois enquête autour de la mort de plusieurs jeunes Coréens et analyse sociétale très intéressante et perturbante puisqu’il est question du suicide radical. L’auteur l’a écrite pour la génération des 20-30 ans.
« Pour ces jeunes gens, « l’espoir d’accomplir un exploit un jour » n’est peut-être pas un idéal envisageable à notre époque. »
Grâce à l’alternance de deux narrations, CHANG Kang-myoung réussit à captiver l’attention de son lecteur : D’un côté, un jeune Coréen issu de la classe moyenne raconte son parcours d’étudiant jusqu’à son entrée dans la vie active.
« Pourtant, malgré mon indifférence, j’ai accepté les critères de la société matérialiste comme le diplôme universitaire ou l’argent, sans les remettre en question. »
Les analyses et réflexions s’enchaînent, en alternance avec une autre narration plus radicale, douloureuse et mystérieuse aussi dans un premier temps. Les raisonnements en faveur du suicide sont décrits avec conviction et détail. Il nous tient à cœur de comprendre l’amertume et le désespoir de la génération R ou « génération résignée. », d’élucider la mort du jeune actif du début du roman et de comprendre ce qui se cache derrière le « Great Big White World ».
Un roman aux thématiques fortes, aux personnages intelligents et malheureux ou révoltés que sont Antichrist, Seyeon, Chu, Hwiyeong, Byeonggwon.
« Une vie accessoire pour une vie d’esclave. »
Une enquête sociétale se rapprochant du polar.
Est-il encore possible de rêver ?
Comment survivre en tant qu’individu ?
Un roman désenchanté mais non dénué d’espérance malgré tout, qui nécessite de la concentration et réveille les consciences grâce à sa qualité d’analyse. J’ai beaucoup aimé !
Vous connaissez déjà mon amour pour Han Kang, Autrice Contemporaine Coréenne d’un autre style. J’étais donc plus que ravie de découvrir un autre auteur Contemporain de la Corée du Sud ! J’espère en découvrir d’autres dans le futur. A lire si les thématiques vous intéressent, le tout agrémenté d’un bon suspens, où il est question de la société, de l’individu, de dieu, de liberté, d’honneur… ! Ça secoue les méninges ! Je découvre cet auteur Coréen avec plaisir.
Il sort en librairie le 12 Juillet. Traduit par HWANG Jihae et Véronique CAVALLASCA. Merci beaucoup aux Éditions Decrescendo pour leur proposition de lecture.

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *