Service presse

La belle d’occident de Huỳn Thi Bao

Traduit du vietnamien par NGUYEN Phuong Ngoc.

« Montagnes tout autour, collines disséminées, champs de manioc bien verts, plantations de mûriers immenses, voilà le décor entourant un certain village assez étendu. Excepté les quelques familles d’éleveurs de vers à soie et de tisseurs, les habitants vivaient essentiellement de l’agriculture, labourant du matin au soir pour subvenir à leurs besoins, le plus souvent d’une façon artisanale et sans projets pour développer leurs affaires… » Incipit. 📖🇻🇳

« Publié en 1927 à Saigon, 𝐋𝐚 𝐛𝐞𝐥𝐥𝐞 𝐝’𝐎𝐜𝐜𝐢𝐝𝐞𝐧𝐭 est présenté comme le premier roman écrit par une femme vietnamienne, 𝗛𝘂ỳ𝗻𝗵 𝗧𝗵ị 𝗕ả𝗼 𝗛ò𝗮, figure majeure des féminismes vietnamiens de l’ entre-deux-guerres. Son oeuvre est traduite pour la première fois en langue occidentale. » Quatrième de couverture.

░L░a░ ░b░e░l░l░e░ ░d░’░o░c░c░i░d░e░n░t░ ░d░e░ ░H░u░ỳ░n░h░ ░T░h░ị░ ░B░ả░o░ ░H░ò░a.

« Ô Humanité, ô Justice! Où êtes-vous? »

Voici un roman Vietnamien de toute beauté, publié en 1927 à Saigon, premier roman écrit par une femme Vietnamienne, traduit pour la première fois en langue occidentale, d’après une histoire vraie. Il est écrit à la manière d’un conte.
Le destin réunit deux cœurs purs, ceux de Tuan Ngoc, jeune homme originaire d’Indochine, devenu soldat colonial en France, et Bach Lan, jeune Française soignante bénévole à la Croix-rouge d’une grande beauté. Lui est pauvre, elle est issue d’une famille noble.
La première guerre mondiale et ses horreurs font rage.
Dangers, corruption, jalousie, injustice, guerre éprouvent les deux amoureux, révélant leur courage, leurs nobles sentiments et la puissance de leur amour.

« La vie ou la mort. Honneur ou déshonneur. »

Il est question de dignité, d’honneur, de fidélité, de devoir, de racisme dans un Vietnam sous protectorat Français.

Pour raviver l’intelligence du cœur et le courage, résister de toute notre âme avec détermination, braver les obstacles, méditer avec sagesse comme un rempart à la mélancolie.
La belle d’occident est agréable à lire dans le style, surrané, élégant. J’ai aussi aimé découvrir les mentalités et réalités de l’époque.
Une belle et bénéfique découverte !

« Dans ce monde où l’argent est roi, j’ai la chance d’avoir une âme sœur. »

« Mais dans le monde d’ici-bas où les traîtres sont plus nombreux que les fidèles, si on imite le plus grand nombre, quel avenir avons-nous? »

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.