Auto-éditiion,  J'ai lu,  Service presse

Deaf de Joseph Kochmann

Première fois que je suis contactée sur la plateforme instagram pour une proposition de service presse d’un auteur auto-édité. J’ai accepté par curiosité, pour changer, diversifier mes lectures et éventuellement donner un coup de pouce à un auteur. Ce roman, c’est Deaf de Joseph Kochmann, final de la Trilogie des Singes de la Bêtise, après Mute et Blind. Un travail qui s’étale sur presque dix années. « Il s’agit du roman le plus étrange et violent des trois et il conte les aventures de Manon Dauphin, courageuse résistante face au règne d’un odieux roi sourd, de Camille, artiste se réveillant dans la peau d’un amour perdu, et d’Edward, lecteur passionné découvrant un roman mystérieux… »Interview de l’auteur par Maya au pays des livres

Résumé:
« Prisonnière d’un royaume entouré d’un mur si haut qu’il cache les rayons du soleil, Manon, courageuse cadette de la famille Dauphin, se bat pour renverser l’odieux roi Deaf. Au même moment, Camille, jeune artiste au cœur lourd, se réveille dans le corps d’un amour perdu tandis qu’Edward, lecteur passionné, découvre un roman mystérieux. Pourchassés par d’atroces créatures squelettiques à têtes de corbeaux, parviendront-ils à survivre à ce monde étrange et ainsi mettre un terme à leurs sordides histoires ? »

Premiers mots….du prologue:
« Le narrateur monte sur scène, un livre vert en main, solennel. Il considère le public qui lui fait face puis ouvre la première page de son ouvrage.
– Il était une fois, dit-il en désignant les rideaux qui s’ouvrent derrière lui, un enfant, seul, au milieu du désert.
Un magnifique décor apparaît alors présentant une étendue aride et sableuse. Un garçon métis au visage triste tente tant bien que mal de gravir une large dune. Epuisé, il se laisse tomber sur le sol. »
– Celui-ci n’avait ni famille, ni ami;personne pour lui parler, le voir ou l’écouter.
Les joues du jeune homme commencent à se mouiller. Il baisse la tête, versant ainsi ses larmes sur le sable. »…

Mon avis:
Un roman à la fois sombre et lumineux dans une cité médiévale mếlant créatures étranges, monstres sinistres et humains idéalistes prêts à changer le monde. Ça croasse à Dantry, ça ricane aussi et bla bla bla dans un récit cauchemardesque parfois proche de l’horreur et de ses prises de conscience : Le mal peut surgir à tout moment du quotidien et surtout là où tu ne l’attends pas, tandis que la lecture se nimbe de mystères à résoudre, de scènes étranges et esthétiques pour des personnages transportés ici et là, avec rythme. Je n’ai pas été submergée par la violence dans ce roman et je dois avouer qu’elle était même bienvenue avec ses tonalités.
Musique, Maestro. Nous voici face à nos obsessions, nos souffrances, nos folies, ces forces invisibles à affronter, nos démons. Il est aussi question d’amour. Comment exprimer ces émotions qui me submergent ? Pourquoi souffrons-nous ? Qu’ai-je à dire, à aimer, à crier au monde sous peine de devenir fou ? Deaf interpelle, dénonce notre incapacité à aimer de tout notre coeur mort, à écouter et à entendre, à exprimer notre ressenti, sourds que nous sommes, sans empathie, névrosés et prisonniers !
« Tout ce que je voulais, au fond, c’est qu’on soit tous heureux. Je regarde autour de moi et je vois tant de douleurs…J’ai envie de lesaider et pourtant je n’y arrive pas. Parce qu’on fond de moi, j’ai juste envie qu’on m’écoute. Je pensais que cette souffrance était méritée après toute cette jeunesse à ne penser qu’à moi-même… »
Une écriture fluide pour un récit original. Nous voilà bien au coeur du travail de son auteur qui se livre avec générosité, réconfort, humour et sensibilité.
Deux jours de lecture dont une nuit blanche pour venir à bout de ce Coteaux Bourguignons roman en plusieures parties qui m’a parfois menée par le bout du nez, perdue dans l’imaginaire de Joseph Kochmann. Heureusement, tout s’explique clairement ensuite. Dans l’ensemble,une bonne lecture dans le genre fantasy/fantastique/horreur.
Merci à Orson Wilmer et à Joseph Kochmann pour leur confiance.

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *