PAL/Librairie

Le démon de la colline aux loups de Dimitri Rouchon-Borie

« Mon père disait ça se passe toujours comme ça à la Colline aux loups et ça s’était passé comme ça pour lui et pour nous aussi. Maintenant je sais que ça s’est arrêté pour de bon. La Colline aux loups c’est là que j’ai grandi et c’est ça que je vais vous raconter. Même si c’est pas une belle histoire c’est la mienne c’est comme ça. » #incipit

Duke raconte comme il peut avec ses mots. L’écriture surprend d’emblée. Pauvre Duke…

« Et j’ai pleuré car je me disais
que la vérité était là dans ces oiseaux
et que moi j’étais avec des hommes
qui se débattaient dans leur vie
et qui ne feraient jamais cette perfection-là
et j’ai hurlé à l’intérieur en demandant
au Démon qu’il fasse de moi un oiseau. »

░L░e░ ░D░é░m░o░n░ ░d░e░ ░l░a░ ░C░o░l░l░i░n░e░ ░a░u░x░ ░l░o░u░p░s░ ░d░e░ ░D░i░m░i░t░r░i░ ░R░o░u░c░h░o░n░-░B░o░r░i░e░

Un ovni littéraire paru chez les Éditions Le Tripode.

Pour lecteurs curieux de découvrir un texte atypique affranchi de règles de ponctuation, au « parlement » particulier, celui d’un homme détenu en prison pour meurtre, maltraité dès l’enfance, élevé par des monstres, ayant grandi dans l’obscurité d’une cave! D’une noirceur et d’un réalisme bouleversants, j’ai été captivée par ce texte singulier en harmonie avec la psychée de Duke on fait de notre mieux avec ce que l’on a pas vrai ?
Alternant réflexions profondes aux portes de la mort et souvenirs d’enfance épouvantables, les prises de conscience de Duke sont des petites lumières dans la grande obscurité de sa vie. Cependant le pauvre gamin devenu grand peine à se libérer du Démon de la Colline aux loups.

J’ai beaucoup aimé le thème de l’animalité, de la beauté de la nature devant laquelle le démon se couche, l’homme s’agenouille et s’oublie, devenu rien.

Il est question de Dieu, de l’âme, de la souffrance, du bien du mal, de la culpabilité, de notre héritage malheureux, de violence parentale, de carences éducatives et affectives, du paradis perdu qu’était le « nid » qu’il formait avec sa fratrie.

Une grande douleur ce premier roman, un coup de poing, une urgence sauver son âme de la laideur humaine, d’un vide impossible à combler et s’envoler !

Un ovni littéraire !
Bravo Dimitri! K. O le crayon !

« Je crois que c’est ma souffrance qui m’a tué depuis longtemps je ne crois pas que je suis vivant autrement que par mes fonctions biologiques mais dedans je suis mort. »

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.