Rentrée Littéraire 2020,  RL2020,  Service presse

Rubis sur l’ongle de Marcelo Rubens PAIVA

« Qui es-tu donc, toi, qui a côté de moi, pleure sa solitude ? »
J’ai lu Rubis sur l’ongle, de l’auteur Brésilien Marcelo Rubens Paiva, traduit par Richard Roux et Claire Accart aux Éditions Decrescenzo.
Un polar agréable à lire car d’un style décontracté, de New-York à Brasilia, des chapitres vivants présentés par jour et horaire, des scènes drôles et tragiques. Lire Rubis sur l’ongle, c’est l’occasion de découvrir un auteur Brésilien. Le Brésil, marqué par la corruption, par ses drames personnels (Disparition de Rubens Paiva, député fédéral du Brésil, dans les années 70 pendant la dictature militaire. Marcelo Rubens Paiva, son fils, devient paraplégique à l’âge de 20 ans.)…
D’entrée, pas de préliminaire, une scène équivoque de la part d’un narrateur gigolo, au langage direct, menaçant et plutôt familier. Le ton est donné, le temps file, s’agripper !
« Le verdict était : pigeon. »
Retour dans le passé pour découvrir le profil particulier de l’oiseau riche d’une certaine expérience de la vie de truand, dans les bars, hôtels, cinés, squares, aéroports. Des zestes d’humour jusque dans les hasards de la vie de Flavio Castilho, son cv subversif et sa scoumoune mais aussi le retour au bercail, le crime à élucider et les retrouvailles avec une famille fragilisée par la vie politique du paternel. Ça promet des confrontations aux petits oignons, des révélations croustillantes, des confidences.
« Je méprisais mon gagne-pain, puisque je n’avais pas réussi à survivre d’une autre manière ; c’était le portrait d’un raté qui se dessinait à mes propres yeux. »
J’ai bien aimé le côté punk, sur le fil du rasoir. Sexe, drogue et crime sont intimement liés ici. Le registre du langage est familier, le style urgent comme une envie de crier, de fuir le business et ses conséquences, de tout envoyer c…. avant qu’il ne soit trop tard, ou comme le besoin vital de se punir. J’ai aimé les déclarations de sa mère que l’amour n’a jamais quittée malgré l’échec. J’imaginais une autre fin mais j’ai passé un bon moment avec ce roman aux sonorités punks, à découvrir au format ebook ! Rire en lisant un polar, j’apprécie. Je remercie Lisa des Éditions Decrescenzo pour leur confiance. ☠️
Bonne journée. 🌿

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *