Service presse

Un message de consolation selon Gauguin de Marika Doux

Bonjour les coeurs jumeaux,

« La tristesse n’aura pas ma peau. Je ne veux pas. J’emmerde les sentiments.
Je vais aller me promener. Faire une grande marche le long de la côte du Pouldu, frotter ma peau au sel marin, rincer au vent les chiures de peinture de mon veston, casser mon âme dans les vagues. »
Début du premier chapitre.👍

Merci Clémence des Éditions Ateliers Henry Dougier pour l’envoi de :

 ░U░n░ ░m░e░s░s░a░g░e░ ░d░e░ ░c░o░n░s░o░l░a░t░i░o░n░ ░s░e░l░o░n░ ░G░a░u░g░u░i░n░ ░d░e░ ░M░a░r░i░k░a░ ░D░o░u░x░

Collection « Le roman d’un chef-d’œuvre » :
« Mêlant récit romanesque et enquête historique, chaque auteur raconte l’histoire d’un tableau célèbre. »
Ici, « Le Christ jaune ».

« Tout contribue à nous écorcher aux ronces. »

░U░n░ ░m░e░s░s░a░g░e░ ░d░e░ ░c░o░n░s░o░l░a░t░i░o░n░ ░s░e░l░o░n░ ░G░a░u░g░u░i░n░ ░d░e░ ░M░a░r░i░k░a░ ░D░o░u░x░

Dans la collection « Le roman d’un chef-d’oeuvre », une fiction de 128 pages, s’appuyant sur une enquête historique d’après un tableau célèbre, ici « Le Christ jaune. »

Le travail d’écriture est né du silence autour de ce Christ. Le livre est agréable à lire, accessible.

Fin octobre 1889, bonjour Tristesse dans le Finistère. Paul Gauguin raconte son propre chemin de croix, entre passé et présent. Il se sent décliner. Le style est introspectif agrémenté de dialogues. Les mots empruntés à Paul sont entre guillemets et en italique.

« Le Christ, le type parfait. »

Capable de mourir crucifié par amour.
Comment imaginer qu’il puisse laisser indifférent le peintre dévoué à son art pour qui la vie n’a de sens que si l’on devient soi-même créateur ?

Obsessions du paradis perdu, de Dieu, de la pureté d’âme et de son éternité, de la vocation ….mais aussi de Madeleine, sorcière, femme-poisson, du savoir.

Un des avantages de ce livre est qu’il peut être lu par petites touches de couleurs, d’humeurs mélancoliques, comme une balade méditative.
Les couleurs, les sensations, omniprésentes ici.
Vert espoir comme celui du serpent, du savoir, roux sorcière, jaune du christ sur la croix..

Les mots de Madeleine Delorme, de Meijer de Hann…

Douloureux et lumineux pour âmes vagabondes, créatrices, fougueuses et fugueuses, mélancoliques, amateurs de peinture, poètes ivres d’ailleurs.

J’ai beaucoup aimé, merci Clémence. 🙂
En librairie le 23 Septembre.

Kenavo.

« Tout autre humain aliène. Tout chaîne vient d’un ordre, inférieur, et c’est méconnaître les lois divines que de faire acte d’esclavage… »

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *