Une très bonne lecture !

Toya de Marcelle Auclair

« Au Chili, les ventes aux enchères sont pittoresques : elles ont lieu au domicile de l’interessé, (ou du défunt). Souvent, les photographies de famille sont restées sur le piano, les lits sont encore tièdes ; on pénètre dans la vie intime des gens sans paraître indiscret. J’allais aux ventes comme on ouvre un roman. » Incipit.

𝗧𝗼𝘆𝗮 𝗱𝗲 𝗠𝗮𝗿𝗰𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗔𝘂𝗰𝗹𝗮𝗶𝗿
230 pages. Service de presse.
Préface de Laurence Campa
Illustrations de Baptiste Deyrail
1927 Première édition

Avant que cette beauté nous brûle

« Longue nouvelle d’orfèvre, d’une noirceur magnétique, Toya (1927) met en scène une vieille fille chilienne, une solterona, affligée d’une indicible laideur, qui se dessèche, se prend à aimer son beau-frère, arrive jusqu’à la pensée du crime, jusqu’à l’idée de fratricide. » Extrait de la présentation de la maison d’édition sur leur site.

« Ave Marrria Purrrissima »

Quelle belle lecture ! Dont la première publication date de 1927 ! Les Éditions Les lapidaires exhument des textes oubliés. Sans cela, je ne l’aurais jamais lu je crois et remercie Charles pour l’envoi du roman.

C’est l’histoire d’une malédiction, celle de Victoria née laide.Toya est son diminutif. Au début du roman, nous apprenons qu’elle est décédée et qu’une vente aux enchères a lieu à son domicile à Santiago. Sur place, une femme découvre un cahier dans lequel la vieille fille a rédigé ses pensées à différents moments de sa vie, depuis sa jeunesse chez les religieuses, lorsqu’elle découvre sa laideur, jusqu’à à l’âge adulte.
Les premières confidences de Toya témoignent du chagrin de ne pas être mère de Decito, enfant de sa sœur. « Ce marmot chéri m’appartient : sa mère n’est pas revenue de voyage pour le soigner. » Elle dira de ses écrits qu’ils sont peu sincères et qu’elle aime jouer des personnages pour tromper l’ennui. Les mondanités, les carcans et les traditions de la société bourgeoise sont ennuyeux, à mourir. Permission de le crier, d’être cynique, d’en rire, de s’abandonner à la folie, merci la littérature. Dans ce roman de moeurs à la plume désuète, fluide, Toya est une femme complexée, prisonnière de ses rêveries, pétrie de honte, de culpabilité, d’obsession pour son beau-frère. Elle a souvent besoin de se confesser, de prier. Que désire-t-elle du plus profond de son âme, de son cœur ?! Je l’entends crier ! Troublante.

« Je suis un nid sans oiseaux.
Je suis le figuier maudit,
le figuier stérile, la femme laide. »

Audacieuse, pénétrante, la plume de Marcelle Auclair libère la psychologie d’une femme idéaliste, dénouant ses peurs, ses désirs refoulés, ses frustrations. Passionnante ! La part sombre féminine s’exprime ici librement avec rage et tendresse, ce qui a tout pour me plaire. Avec élégance dans la forme, Toya s’abandonne à cette noirceur permise, croissante jusqu’au bord de l’abîme, jusqu’au vertige. L’écriture lui permet cela. Mais Toya attend un miracle. Depuis le temps qu’elle attend, souffre et délire. Le destin de Toya prend tout son sens en troisième partie et quelle fin, j’ai beaucoup aimé ! Très intéressante aussi la partie huis-clos entre Toya, sa soeur et son beau-frère : Noir bien serré, je me suis régalée ! Transgressif, dévorant, j’ai pris plaisir à lire ce roman et le conseillerai volontiers, bravo purrrisssima !

Bienvenue sur mon site. Mes lectures: Emprûnts de bibliothèque, achats en librairies indépendantes, brocantes... Partages hebdomadaires Retrouvez-moi aussi sur instagram crayondecouleuvre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.